Quarante-et-unième Promotion du CNESSS

Accueil du site > Ces chers camarades > Gilles Johanet, ancien directeur de la Caisse nationale d’assurance (...)

Gilles Johanet, ancien directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), rejoint le troisième assureur français, filiale de l’allemand Allianz, pour s’occuper des activités santé.

vendredi 5 septembre 2003


A l’occasion d’une réorganisation à la tête des AGF, liée au départ à la retraite du directeur général Jean-François Debrois, Gilles Johanet, ancien directeur de la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM), rejoint le troisième assureur français, filiale de l’allemand Allianz, pour s’occuper des activités santé.


M. Debrois était depuis 1998 en charge des assurances de personnes. Ces responsabilités seront redistribuées à compter du 1er octobre : Laurent Mignon, membre du comité exécutif en charge des services financiers, supervisera les activités vie individuelle, et Gilles Johanet s’occupera des activités santé et collectives. Il rejoindra le groupe que préside Jean-Philippe Thierry dès le 15 septembre et sera membre du comité de direction générale.


Agé de 53 ans, ancien élève de l’ENA, magistrat à la Cour des comptes, Gilles Johanet a été spécialiste de la protection sociale au Parti socialiste, et chargé de mission pour les questions de santé, maladie et retraite auprès de Pierre Mauroy lorsqu’il était premier ministre (1983-1984). Il a dirigé la Caisse nationale de l’assurance-maladie des travailleurs salariés, la plus importante caisse de Sécurité sociale (près de 100 milliards d’euros versés à 46 millions d’assurés), de 1989 à 1993 et de 1998 à 2002.

En février 2002, M. Johanet était limogé par le gouvernement Jospin suite à un désaccord important avec la ministre de l’emploi et de la solidarité, Elisabeth Guigou, sur l’augmentation des honoraires des kinésithérapeutes. Il refusait alors d’appliquer cet accord.

En juillet, dans un entretien au Monde, l’ancien directeur de la CNAM exprimait son inquiétude devant la dérive des dépenses de santé : les pouvoirs publics "allument des cierges en disant : soyons raisonnables". Et d’ajouter, "le gouvernement ne devrait pas traîner" pour engager des réformes.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette